vendredi 9 avril 2010

PLAY BALL !


Nous inaugurons ce blog sur une note légère ! La belle saison est revenue et c'est l'ouverture de celle du baseball. C'est à nouveau le bon temps de la chaleur, de la verdure, des fleurs et des filles "sexy" légèrement vêtues !

Ah ! Le baseball ! Que d'heureux souvenirs de jeunesse ! Les parties chaudement disputées entre copains. Le son incomparable de la balle frappée par les bâtons. Le coup de circuit prodigieux...directement sur le grand drap blanc pendu sur la corde à linge des voisins. Les chicanes à n'en plus finir au sujet de : "Y'é safe" ! Non Y'é out !" Les célébrations des vainqueurs, le dépit des perdants, avec à l'enjeu un paquet de gommes, des cartes de joueurs ou l'entretien du terrain ou les réparations des dommages faits aux propriétés des voisins !

Nous ne les remarquions pas trop ou nous nous en moquions un peu, mais il y avait parfois des p'tites filles qui venaient nous voir jouer. Rien de comparable à celles qui enjolivent ce billet (photo) ! J'ai eu beau chercher, aucune autre personne n'a jamais porté aussi bien l'uniforme des Red Sox de Boston depuis que la franchise existe (1901).

Contrairement à d'autres équipes qui ont occasionnellement changé leur habillement pour des variantes parfois fort laides, voire ridicules (genre White Sox de Chicago et leurs bermudas des années '70, ou genre As D'Oakland avec leurs espadrilles blanches) les Red Sox ont respecté la tradition et ont conservé leur uniforme classique adopté en 1933 (sauf pour une brève période entre 1972 et 1979). Il y a bien eu quelques changements mineurs, mais pas de révolution !

C'est surtout dans la manière de porter les uniformes que la mode a fait sentir son influence. Par exemple, au fil de la longue et riche histoire du club, les joueurs ont tantôt montré, tantôt caché, leurs célèbres bas rouges. Les lignes rouges à l'encolure et le long de la rangée de boutons de la chemise ont parfois disparu. Les lettres "BOSTON" ont déjà remplacé celles de RED SOX. Il n'y a pas toujours eu des numéros sur les chandails. Avant d'être fabriqués en tissus synthétiques plus confortables (début des années '70) les uniformes étaient faits en laine. Trop chaud pour les jours de canicule ! Rien qu'à cause de ça, un joueur pouvait perdre cinq ou six livres par match...


Mais peu importe les époques ou les modes passagères, la façon désinvolte, hardie et très relaxe avec laquelle "nos" mannequins mettent en valeur le classique accoutrement des Red Sox est tout simplement exquis ! Ça me rappelle une lettre de Voltaire (philosophe français du XVIIIe siècle) qui écrivait au sujet du mathématicien Maupertuis avec qui il était en compétition pour obtenir les faveurs de la même femme. Il accusait son rival d'être un coquin qui profitait de son métier de professeur pour apprécier les lignes droites sur le tableau de sa classe et les lignes courbes dans le corsage de ses élèves (parmi lesquels se trouvait la jolie dame convoitée par les deux savants) !

Aucun commentaire: