dimanche 6 mai 2018

LE "TOP 5" DES «BALL GIRLS» DU MASTERS DE MADRID !



Le tennis a longtemps été étiqueté "sport de bourgeois". Un sport d'aristocrates. Un sport anglais où le conservatisme était de mise. Depuis le premier tournoi de Wimbledon en 1877, les joueurs ou les joueuses qui l'ont pratiqué professionnellement ont dû respecter des règles strictes et suivre un code vestimentaire rigoureux.

Jusqu'aux dernières décennies, les tenues classiques, tout en blanc, étaient de rigueur. Même chose pour celles des ramasseurs ou des ramasseuses de balles engagés par les organisateurs de tournois. Le plus souvent, ces employés étaient des adolescents, des étudiants ou des étudiantes formés dans les meilleurs collèges anglais. Ils devaient être discrets sur les courts. Et surtout ne pas faire de gaffes qui viendraient perturber le bon déroulement des matchs.





En 2004, cherchant un moyen d'attirer l'attention sur leur tournoi, les maîtres d'oeuvre du Masters de Madrid ont créé toute une commotion en recrutant des mannequins de la compagnie Hugo Boss pour remplir les fonctions de ramasseuses de balles. Des "cover girls" âgées de 19 à 28 ans envahirent les courts de tennis de Madrid vêtues de robes sexy, de mini-jupes, ou portant le short et le débardeur de façon très...décontractée !


Les réactions ne se firent pas attendre ! D'abord, on entendit la colère des parents dont les adolescents avaient perdu leur emploi au profit de ces beautés en espadrilles. Puis ce furent les protestations des puristes du tennis qui maugréaient contre ces "pin-up" qui allaient détourner l'attention du public aux détriments des joueurs et des joueuses.


L'affaire eut même des rebondissements au parlement espagnol où des politiciennes de gauche dénoncèrent cette autre exploitation sexuelle de la femme par des hommes.




La majorité des participants au tournoi assurèrent que ces ramasseuses de balles très spéciales ne nuisaient aucunement à leur concentration sur la surface de jeu.


Ils acceptaient la présence de ces jeunes femmes sexy comme un vent de fraîcheur ajoutant une touche moderne à leur sport.


Ils étaient conscients que cette audace des organisateurs était bonne pour le spectacle et...les cotes d'écoute de la télédiffusion du tournoi.



Certains observateurs émettaient toutefois des réserves quant à la formation de ces jolies modèles prêtées par Hugo Boss.


En deux semaines d'apprentissage, pouvaient-elles maîtriser toutes les subtilités des règlements du tennis ? Et savoir comment exécuter précisément le ballet savant de tous les déplacements aux abords des courts ?


Auraient-elles la résistance et la patience de demeurer accroupies sous un soleil ardent pendant de longues périodes de temps, tout en pouvant bondir énergiquement pour récupérer opportunément les balles ayant échoué dans le filet ou en fond de terrain ?



Force est de reconnaître que le temps et l'expérience ont donné raison aux gens du comité de direction du tournoi de Madrid au sujet de l'embauche de cette charmante main-d'oeuvre. Une seule fois a-t-on pu remarquer que l'arbitre d'un match ait réprimandé une "ball girl" parce qu'elle était mal placée ou avait mal agi.


Ce qui est certain cependant, c'est que les organisateurs du Masters de Madrid ont atteint leur but qui était de mousser la popularité de leur tournoi !


Autre texte (et un diaporama de photos de ball girls sexy), sur le même sujet, sur mon site TROP SEXY POUR LE SPORT :

http://tropsexypourlesport.blogspot.com/2011/04/ramasseuses-de-balles-trop-sexy-pour-le.html

Aucun commentaire: