mercredi 6 octobre 2010

FILLES SEXY ET FOOTBALL : UNE FORMULE GAGNANTE !


Lorsqu'une personne désire se lancer en affaires et cherche conseil auprès des experts en la matière, on lui recommande souvent d'observer les gens dans son milieu social. Quels sont leurs habitudes, leurs besoins, leurs goûts, leurs passions, leurs points d'intérêt, leurs dépendances ? À partir de ces observations, il faut faire travailler l'imagination, brasser des idées, les associer pour créer un concept original, mettre au point un produit qui plaira autant aux investisseurs qu'aux consommateurs... En étudiant la psyché américaine, Mitch Mortaza, le fondateur de la LINGERIE FOOTBALL LEAGUE, a possiblement découvert un produit, une offre irrésistible qu'une vaste clientèle ne pourrait refuser. Peut-être en a-t-il eu l'idée en regardant un match de football à la télévision et en voyant des cheerleaders sexy se démener pour que les spectateurs encouragent leur équipe favorite...


Qu'est-ce qui intéresse le plus l'homme américain si ce n'est pas le football, une religion aux USA, et les femmes sexy, que l'on voit partout y compris sur internet et dans toutes ces publicités racoleuses dont nous sommes inondés ? De là est née l'idée d'associer football et sexe : faire jouer de jolies demoiselles en petites tenues. Génial, innovateur, séduisant, payant et très XXIe siècle ! De plus ça fait partie de l'industrie du vice comme les boissons alcoolisées, la cigarette, les jeux de hasard, etc. Une industrie anti-récession ! La belle affaire !


Les États-Unis ne se sont pas encore remis de la profonde dépression qui s'est abattue sur le pays il y a deux ans, mais cette calamité n'a pas empêché Mortaza de lancer avec succès sa LFL (Lingerie Football League) l'an dernier. Il prévoit installer des équipes dans les 32 marchés de la NFL (National Football League) et même en Europe. Son "produit" est loin de faire l'unanimité et les groupes féministes l'accusent d'exploiter les jeunes femmes en en faisant des objets sexuels. L'homme d'affaires se défend en affirmant que son "personnel" est formé avant tout d'athlètes pratiquant un sport reconnu. Elles ne sont pas plus dévêtues que les joueuses de volley-ball de plage ou certaines joueuses de tennis...


On ne peut nier que ces footballeuses très "spéciales" sont en grande forme et qu'elles doivent s'entraîner sérieusement pour ne pas avoir l'air folle sur le terrain (voir mes articles à ce sujet sur mon blogue FOOTBALL MANIA AVEC HACKSAW). Leurs entraîneurs sont souvent d'anciens joueurs de la NFL et ils leur apprennent réellement à jouer du vrai football de contact. Mais n'entre pas qui veut dans ces clubs réservés à des filles jeunes (moins de 25 ans) et au profil de mannequin.


Oui ces sportives savent jouer au football et déclarent qu'elles veulent être d'abord appréciées pour leur talent et leurs efforts, mais toute la machine promotionnelle et publicitaire de la LFL fonctionne surtout en exploitant l'aspect "sexy" de ce produit offert à une clientèle masculine qui ne serait sûrement pas aussi nombreuse si les filles portaient des uniformes de football classiques. Il ne faut pas être naïfs... On peut se demander quel message cet autre élément d'hypersexualisation envoie aux jeunes. Déjà submergés par les nombreux exemples de vedettes super sexy comme Britney Spears et compagnie, les pré-adolescentes veulent suivre la "mode" en copiant leurs idoles... Évidemment ces dernières sont loins d'avoir des tenues et des comportements décents sur ou en dehors de la scène... Les parents doivent éduquer leurs enfants en leur faisant comprendre que le plus important ce n'est pas les apparences, le superficiel, le "paraître" mais l'authenticité, la personnalité, "l'être"...

Mais pour le public adulte averti, il n'y a pas de mal à admirer ces phénomènes que sont ces footballeuses aux corps de déesses... On peut le faire pour diverses raisons dont celle qui procède d'un certain voyeurisme, pour ne pas dire un voyeurisme certain. C'est une curiosité "animale", d'instinct, que Anne-Marie Losique, notre sexy animatrice d'émissions "soft porn", a décidé d'exploiter en lançant une chaîne de télévision pour adultes. Pas étonnant qu'elle ait annoncé récemment que les matchs de la LFL feront partie de sa programmation.

Qu'elles soient l'objet de moqueries ou traitées comme des femmes-objets, il n'empêche que les filles de la LFL se prennent au jeu et veulent gagner lorsqu'elles sautent sur le terrain de football. Et elles veulent le faire à leur façon ! OUR OWN WAY comme le chante Klaas...



Aucun commentaire: