lundi 7 novembre 2011

COWGIRLS CHARNELLES, MATERNELLES OU CRUELLES...

Avant la présente génération des enfants des ordinateurs et des jeux électroniques, avant les enfants de la télé qui ont grandi dans la dernière partie du 20e siècle, il y a eu les enfants des dernières grosses familles, ceux que l'ont a appelé les "baby boomers". Issus d'un monde encore rural, avant l'avènement du contrôle des naissances par la pilule anti-conceptionnelle, un monde déjà dépassé dont la population allait connaître un exil forcé vers les milieux urbanisés, au cours des années '60, ces enfants, du moins ceux de l'Amérique du Nord, ont découvert, exploré et apprivoisé leur environnement naturel, ils ont appris à socialiser, en jouant aux cowboys et aux indiens. Sans se douter, peut-être, que leurs jeux guerriers mimaient une partie de la vraie histoire des peuples du continent nord-américain, notamment celle de la conquête de l'Ouest au 19e siècle. Ces garçonnets, se prenant pour des cowboys ou des indiens, intégraient parfois leurs soeurs ou leurs amies dans leur monde imaginaire en leur réservant le rôle de "squaws". Curieusement, si la contre-partie féminine des indiens étaient présentes de temps à autres dans ces jeux d'enfants, on n'avait pas idée d'y associer des compagnes pour les pauvres cowboys solitaires... Pourtant, ces cowgirls ont bel et bien existé au temps de la conquête de l'Ouest. Si la grande majorité des femmes de cette époque mythique en avaient plein les bras à s'occuper de la maison familiale et de leur nombreuse progéniture, certaines savaient monter à cheval et se servir d'un lasso même si le métier de cowboy était alors réservé aux hommes. La vie de ces travailleuses de ranch auprès de bêtes à cornes n'avait rien de romantique. C'était une vie éreintante et rude, pleine de dangers. En récompense de leur dur labeur : une certaine liberté et un mode de vie passionnant pour celles qui avaient soif d'aventures et de défis.

Encore de nos jours, il y a des "ranchers" de sexe féminin qui mènent ce genre d'existence trépidante. Lorsque vous les voyez marquer au fer rouge des veaux capturés dans les grands pâturages du sud-ouest américain, vous vous dites que ces femmes n'ont pas froid aux yeux mais qu'elles pourraient avoir affaire aux militants de PETA, cet organisme oeuvrant pour le traitement éthique des animaux. Aux yeux de ces protecteurs de la race animale, certaines pratiques des cowboys et des cowgirls sont cruelles, y compris la maltraitance des animaux de fermes lors des rodéos. Pour eux, pourchasser un petit veau ou un agneau dans une arène, le rabattre au sol pour lui attacher les pattes ensemble, constituent des actes barbares. Ils s'opposent également à ce que les cowboys ou les cowgirls frappent leurs montures à coups de fouet ou de cravache dans le but d'accélérer leurs courses. Plusieurs villes, dont San Francisco et Fort Wayne, en sont d'ailleurs venues à interdire carrément les rodéos sur leur territoire. D'autres cités, comtés ou états ont banni certaines épreuves de rodéos dans lesquelles les animaux peuvent subir des blessures ou du stress.




À côté de ces vraies cowgirls, il y a aussi d'autres amantes de la race chevaline qui, bien qu'elles aiment tout ce qui est western ou country, ne désirent que pratiquer simplement leur sport préféré : l'équitation. Quiconque a eu, comme moi, la très grande chance d'observer la complicité et l'amour qui unissent une amie ou une proche parente à son cheval, comprendront qu'il s'agit d'un des plus beaux spectacles que l'on puisse imaginer. Il faut surtout les observer quand elles prennent soin de leur bête. Lorsqu'elles les nourrissent, les lavent, les étrillent, les caressent, leur parlent doucement à l'oreille ou y vont d'une accolade tête contre tête. Il faut voir et entendre ces grosses bêtes, domestiquées mais toujours un peu sauvages, répondre à leur bienveillante cavalière par des regards doux, des saluts de la tête et des hennissements de contentement. Splendide ! Des moments attendrissants, remplis de poésie et d'une grande beauté... Tant la belle que la bête resteront inconditionnellement loyales et fidèles l'une à l'autre, jusqu'à ce que la mort les sépare...


Enfin, assez loin des amatrices d'équitation ou des cowgirls de ranch et de rodéo, il y a toutes ces jeunes femmes sexy, ces mannequins ou ces artistes féminins qui ont adopté la mode country pour associer leur beauté à la légende du rêve américain. Dans leur cas, "adopter" est un bien grand mot. On devrait plutôt parler d'adaptation. On se déguise en cowgirl en modifiant pas mal son costume traditionnel. On troque le chemisier ample à manches longues pour un t-shirt sexy, un bustier ou une blouse décolletée. On porte les fameux blue jeans, mais ceux des cowgirls "pin-up" ont tendance à être très courts ! Une légèreté totalement proscrite par les règlements de la WPRA (Women's Professional Rodeo Association) ! Il n'y a que les chapeaux, les ceintures et les bottes qui peuvent être comparables chez ces deux catégories de cowgirls et encore... Il est intéressant de savoir que ces deux aspects, l'aspect esthétique des reines du rodéo et l'aspect athlétique des compétitrices de rodéo, ont été présents côte à côte dès le début du XXe siècle. Déjà, à la fin du 19e siècle, le célèbre Buffalo Bill avait engagé quelques femmes pour son spectacle de cirque combinant des démonstrations de tirs d'armes à feu et des numéros d'équilibristes à cheval. Ensuite, jusqu'aux années 1930, les organisateurs de rodéos ont fait de plus en plus appel aux cowgirls en élargissant le nombre d'épreuves auxquelles elles pouvaient participer. Beaucoup de promoteurs limitaient toutefois le rôle de la gent féminine à celui de reine du rodéo pour servir leurs objectifs de promotion. En 1929, la mort de la cowgirl Bonnie McCarroll a cantonné encore plus les femmes dans ce rôle de "sweetheart". En chutant de son cheval, la malheureuse a vu un de ses pieds se coincer dans un étrier. Pendue à sa monture, elle a été traînée sur le sol autour de l'arène de rodéo. En prenant le contrôle de plusieurs rodéos importants, à cette époque, Gene Autry a interdit aux femmes de prendre part aux compétions, sauf à celle de la course à obstacles autour de barils.


Frustrées de n'être souvent que des décorations ou des femmes objets, les cowgilrs ont pris leur revanche après la guerre 39-45. Elles ont organisé des rodéos réservés exclusivement aux personnes de leur sexe. Modifiant et adaptant les règlements du rodéo selon leurs propres exigences, elles ont créé une association (la "Girls Rodeo Association") pour défendre et promouvoir leurs intérêts. Cette association est l'ancêtre de la "Women's Professional Rodeo Association" qui régit maintenant leurs activités. Le métier de cowgirl de rodéo est un peu en déclin ces dernières années. Les coûts de participation aux rodéos (notamment le transport et l'entretien des chevaux) ont beaucoup augmenté alors que la valeur des bourses remises aux gagnantes des épreuves de rodéo ne suffit plus à équilibrer leur budget. Seules celles qui ont la "vocation", et suffisamment de persévérance, continuent à courir les rodéos un peu partout dans l'Ouest nord-américain. Elles ont aussi bien souvent le support de leur conjoint ou de proches parents qui pratiquent aussi le même métier. Que l'on soit favorable ou indifférent à leur cause, il serait dommage d'assister à la disparition des vraies cowgirls. Mais si jamais cela se produisait, il nous resterait quand même leurs "caricatures", ces belles cowgirls sans cheval mais si agréables à regarder, dans les magazines ou les lieux publics de cette Amérique profonde nimbée de rêves et de légendes mythiques.

Quoi de mieux que la chanson "American Honey", du fameux groupe country Lady Antebellum pour accompagner ce diaporama des plus belles cowgirls américaines. Un régal pour les oreilles et les yeux !

Aucun commentaire: