samedi 31 octobre 2015

BELLES À CROQUER MÊME DANS...LA BOUE !


Depuis la nuit des temps, on a associé la terre à la femme. Que ce soit dans les mythologies des peuples anciens ou dans les écrits des poètes célébrant la mère nature, terre et femme sont unies dans le destin de l'humanité. La terre fertile et nourricière produit les moissons et les plantes qui guérissent. La femme est la terre que l'homme laboure et ensemence. Au cours des cinquante dernières années, dans les sociétés occidentales modernes, le mode de vie jadis intimement lié à la nature et à l'agriculture, s'est transformé radicalement. L'industrialisation à grande échelle, la mécanisation, la technologie et les télécommunications ont changé totalement le rapport des gens avec la nature. Combien d'enfants ou d'adolescents ne jouent presque plus dehors et préfèrent rester enfermés dans leur chambre à jouer à des jeux électroniques ? Le lien au monde extérieur et à la terre est rompu en faveur du cyberespace.


La femme subit également cette rupture avec la nature et elle risque de devenir artificielle en se maquillant à outrance ou en recourant abusivement à la chirurgie plastique. Pourtant, comme en témoignent les photos de ce billet, lorsque la gent féminine renoue avec la terre en s'enduisant le corps de boue ou de vase, les résultats sont parfois spectaculaires et étrangement sexy ! Comme pour prouver que les éléments terrestres se marient tellement bien avec le corps de la femme. Comme pour prouver que les anciens avaient raison de les associer symboliquement... Ce n'est pas déraisonnable de considérer la terre et la femme comme des synonymes, comme des sources de vie et d'énergie. Les deux donnent la vie qu'elles portent en elles. En fait, ces boues et cette vase peuvent sembler repoussantes et répugnantes à première vue. Mais elles peuvent contenir des minéraux et être riches d'éléments naturels dont on se sert d'ailleurs pour fabriquer des... cosmétiques !


Ces cosmétiques servent non seulement de produits de beauté mais ils peuvent aussi soigner des maladies de peau comme l'eczéma. Ce serait exagéré de pousser l'allusion aux cosmétiques jusqu'à l'illusion parfaite en prétendant qu'en prenant un bain de boue, la femme, en quelque sorte, soigne sa beauté ! Mais le miracle, le secret, le mystère de la beauté, c'est qu'une jolie femme puisse rester belle même lorsqu'elle est couverte de boue ! J'oserais même affirmer que le corps de ces belles, maculées de vase, peut éveiller chez les hommes un instinct primitif, une sorte d'atavisme remontant aux temps anciens où la femme était une terre à labourer et à ensemencer !  Mais ces dames, surtout les féministes, sont sûrement en désaccord...



Ce qui est formidable, c'est qu'en Amérique du Nord, il y a de plus en plus d'activités de plein air où les gens prennent plaisir à s'asperger ainsi de boue.  En effet, on aime sans cesse davantage participer ou assister à ces joyeuses courses à obstacles qui permettent de se salir en alliant : sain exercice physique, bienfaits du plein air, compétition amusante, belle persévérance, chaleureuse entraide, et franche camaraderie.  Il faut voir comment ces personnes s'excitent et retombent en enfance !  Et, de plus, ces excellents exutoires s'accomplissent souvent afin d'amasser des fonds pour des oeuvres de charité.  Fantastique !

Les "Mud Fest" et les courses à obstacles dans la boue sont très populaires dans les pays anglo-saxons comme les États-Unis et la Grande Bretagne.  Certaines compétitions sont plus sérieuses et difficiles.  Elles comportent parfois des dangers pour la santé des participants.  Parmi les plus célèbres Mud Fest, celle de Boryeong, en Corée du Sud, se distingue particulièrement.  En Angleterre, il faut mentionner le festival de Glastonbury.  L'Allemagne est fière de son Festival de Brunsbüttel, et les Suisses ont également leur occasion de se vautrer dans la vase avec leur festival national.



Les courses dans la boue connaissent un essor encore plus fort avec des rendez-vous comme la Spartan Race, la Tough Mudder, la Dirty Girl Mud Run (une course réservée aux femmes et qui a pour objectif d'amasser des fonds afin de financer la recherche pour combattre le cancer du sein), la BattleFrog, la Savage Race, la Mudderella...

Voici un montage de quelques jolies femmes croquées sur le vif en participant à des festivals de bains de boue ou à des courses à obstacles dans la vase...  La musique d'accompagnement est signée MUD SLINGERS, et leur pièce est intitulée "Mud Digger". Avec la participation de leur invité spécial Colt Ford.  Enjoy !




1 commentaire:

Anonyme a dit…

I needed to thank you for this very good read!!
I definitely loved every bit of it. I have got you book-marked to check out new things you post…